header

Actualités Retour aux actualités

Classification de sirop d’érable 2019


Classement du sirop d’érable 2019 : c’est parti!

Partout sur la planète, les consommateurs sont de plus en plus nombreux à connaître le sirop d’érable. La popularité grandissante de notre or blond vient avec des exigences. C’est pourquoi, en tant que leader mondial, le Québec innove et améliore le système de classification de son sirop d’érable. C’est incontournable : pour poursuivre la croissance et maintenir leur position de chef de file, les producteurs et productrices acéricoles du Québec et leurs partenaires doivent satisfaire aux exigences de qualité que leur impose le marché. 

Nouveau : non seulement un, mais deux laboratoires centralisés en 2019

  • à Saint-Norbert d’Arthabaska (au Centre ACER)
  • à Pohénégamook au Bas-Saint-Laurent

La mise en place des laboratoires centralisés, comme l’utilisation du SpectrAcer, a pour but de traiter un volume de plus en plus important de sirop d’érable, dans les meilleures conditions possible. Les producteurs acéricoles et les acheteurs ne peuvent pas assister au classement dans ces laboratoires.

Comme tout changement dans les manières de faire, une période d’adaptation est nécessaire. Mais ultimement, les  avantages seront là puisque les équipes de classement deviendront de plus en plus efficaces, notamment parce qu’ils n’auront plus à déplacer tous les jours les appareils de mesure qu’ils utilisent.

Processus de révision : gratuit et rassurant !

Si un sirop est classé dans une catégorie de type «  industriel » (VR5 bourgeon ou CT) par le SpectrAcer, un processus de révision est enclenché systématiquement. Deux nouveaux classificateurs goûtent le sirop à l’aveugle et un consensus est nécessaire. La décision finale doit être unanime. En plus d’être rassurant, c’est gratuit pour le producteur acéricole, et ce, peu importe où a lieu la classification (laboratoire centralisé ou Citadelle) avec le SpectrAcer.

De plus :   

  • Tous les sirops livrés à l’entrepôt des PPAQ situé à Laurierville sont classés au laboratoire de Saint-Norbert d’Arthabaska.
  • Les acheteurs autorisés peuvent utiliser les services de l’un ou l’autre des deux laboratoires, en fonction des disponibilités. 

Pourquoi n’est-il pas possible d’assister au classement de sirop d’érable dans les laboratoires centralisés ?

  • EFFICACITÉ
    La logistique liée à la puise des barils, la préparation des échantillons et le processus continu d’analyses aux laboratoires centralisés ne permet pas d’établir un horaire précis de classement pour chacune des entreprises.
  • NEUTRALITÉ
    Pour permettre aux classificaeurs d’ACER Division Inspection d’exercer leur travail dans le plus grand climat de neutralité possible. 

Saviez-vous que dans un sondage auprès de plus de 1600 producteurs acéricoles, 62 % ont répondu être en faveur du projet de laboratoires centralisés de classement pour améliorer le contrôle de la qualité et augmenter la vitesse d’exécution par l’emploi d’appareils de mesure plus performants, et ce même si leur présence n’est pas autorisée, sachant que tous les sirops d’érable classés VR5 ou CT seraient révisés systématiquement et sans frais.

Les sites des PPAQ

Logo
Logo
Logo
Suivez-nous!
Abonnez-vous à notre infolettre
© 2019 Producteurs et productrices acéricoles du Québec. Tous droits réservés.