Non classifié(e)
Marie Filteau : dent sucrée… et mordue de recherche !

Marie Filteau : dent sucrée… et mordue de recherche !

10 juillet 2023

Texte de JOHANNE MARTIN

« En acériculture, nous sommes loin d’avoir fait le tour. » Professeure agrégée à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université Laval, Marie Filteau est un jour tombée… dans l’eau d’érable ! Depuis, son intérêt pour le précieux liquide, devenu un emblème du Québec, croît tout comme l’état des connaissances.

Marie Filteau

Professeure agrégée à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université Laval.

La chercheuse Marie Filteau s’intéresse particulièrement à la sève d’érable et à ce qui la compose.

Décrivez-moi brièvement votre parcours.

Je suis microbiologiste de formation. Dans le cadre de mes études, je me suis intéressée à l’acériculture. À la maîtrise et au doctorat, mon projet portait sur l’effet que les microbes dans la sève d’érable ont sur la qualité du sirop d’érable. Par la suite, je suis allée faire deux postdoctorats dans d’autres domaines — l’évolution des poissons et la levure — afin de diversifier mon expertise. J’ai finalement obtenu mon poste de professeure à l’Université Laval en 2016.

Qu’est-ce qui vous a amenée à vous intéresser à la recherche sur l’eau d’érable et ses composantes ?

J’ai un jour eu le choix entre un projet de recherche sur le sirop d’érable et un autre sur le fromage. Comme j’ai la dent sucrée, j’ai opté pour le sirop d’érable ! C’est également parce que je trouvais que c’était plus original, en ce sens qu’il y a plus de laboratoires dans le monde qui étudient le fromage. Je pense qu’il est important de travailler sur le sirop d’érable, car ça fait partie de notre culture et qu’il y a assez peu de recherche là-dessus. Depuis, j’ai la piqûre !

Parlez-moi de l’une de vos découvertes marquantes en acériculture.

Ce qui me vient rapidement en tête, c’est la découverte de la présence d’uréides — une sorte de molécule qui sert de nutriment aux microorganismes — dans la sève d’érable, surtout en fin de saison. Lorsque les microbes décomposent cette molécule, il en résulte de l’ammoniac, puis l’ammoniac, c’est un bon marqueur pour prédire que la sève d’érable ne sera pas très bonne et qu’elle produira du mauvais sirop d’érable. Quand l’étude a été publiée en 2017, elle a eu beaucoup d’impact.

Sur quoi portent vos travaux présentement ?

Je répondrais que je suis actuellement entre deux projets. Le dernier, dont les résultats ont été publiés au printemps 2022, portait sur les microorganismes dans la sève d’érable, plus particulièrement en lien avec des défauts de saveur. Là, je suis en phase de préparation et de rédaction, car nous avons déposé de nouvelles demandes de subventions récemment. Le projet porterait toujours sur de la microbiologie, que ce soit dans la sève ou dans le sirop d’érable.

À quels développements peut-on s’attendre dans ce champ de recherche au cours des prochaines années ?

L’identification de molécules ou de microorganismes permet d’envisager la mise au point de tests sur des biomarqueurs qui seront des indicateurs de qualité, que ce soit pour la sève ou pour le sirop d’érable. Du côté de la microbiologie, en mettant le doigt sur certains microbes qui peuvent être bons ou mauvais, encore une fois, on pourra en faire le suivi. En microbiologie, il est possible de songer à des applications soit de biocontrôle ou de fermentation.

Texte publié dans l’InfoSirop – printemps 2023