Distinctions et récompenses : le prix Gilles-Gauvreau

Gilles Gauvreau, président de l’organisation de 1975 à 1989, a œuvré sans relâche pendant toutes ces années pour obtenir un futur meilleur pour ses compatriotes acériculteurs. Pour rendre hommage à cet homme engagé, les PPAQ ont créé le prix Hommage Gilles-Gauvreau, le seul prix acéricole au Québec qui met en lumière ces hommes et ces femmes qui travaillent et qui donnent de leur temps pour faire évoluer leur industrie.

Remis depuis 2012, le prix Hommage Gilles-Gauvreau honore un acériculteur ou une acéricultrice qui a fait preuve d’un dévouement et d’une contribution exceptionnelle à la vie syndicale acéricole et qui, par ses actions, a fait progresser et rayonner l’acériculture au Québec et à l’international.

Trophée Hommage créé en 2019 par l’artiste verrier Jean-Simon Trottier. Sculpté à chaud, le verre au décor en filigranes ambrés reflète la passion, la flamme et la fierté qui animent les acériculteurs et acéricultrices.

Les récipiendaires du prix Hommage Gilles-Gauvreau :

Rolland Urbain, décédé en avril 2018, était un grand défenseur de la profession acéricole et avait à cœur la relève, autant en forêt que dans la vie.

Urbain a été élu comme administrateur du syndicat de Lanaudière en 1988. Il est devenu président de cette région en 1995. Au cours de ses 30 années d’implication au sein de l’organisation, il a œuvré à l’instauration du plan conjoint, à l’implantation du système de contingentement et à la réalisation de la réserve stratégique de sirop d’érable. M. Urbain s’est investi dans toutes les luttes des producteurs acéricoles de son époque.

 

Gérald Morin est entré dans le syndicalisme agricole par le biais des anciens syndicats de base en 1985 et y a œuvré pendant 31 ans, occupant diverses fonctions, dont celui d’administrateur de fédérations régionales (Lotbinière-Mégantic et Chaudière-Appalaches) pendant 10 ans.

En 2005, M. Morin est devenu président du syndicat acéricole de la région de Québec, puis, à la suite de la refonte des territoires régionaux, président du syndicat acéricole d’ Appalaches-Beauce-Lotbinière en 2013. Il aura donc siégé au conseil d’administration de la Fédération pendant 11 ans, dont 6 ans au comité exécutif et un an à la première vice-présidence.

Morin s’est battu corps et âme pour la mise en place, puis la défense du système de mise en marché tel que nous le connaissons aujourd’hui en acériculture. Il a été membre de nombreux comités : contingentement, mise en marché, promotion et terres publiques. Mais ce dont il était le plus fier dans ses réalisations, c’était d’avoir trouvé LE bâtiment à Laurierville qui sert aujourd’hui d’usine-entrepôt

 

Angelo Trépanier, ex-producteur de Saint-Thècle, en Mauricie, a été membre du conseil d’administration de la coopérative Citadelle pendant près de 20 ans et administrateur du Syndicat des producteurs acéricoles de la Mauricie au début des années 2000.

Au-delà de son implication coopérative, M. Trépanier a toujours été un ardent promoteur de la qualité du sirop d’érable. Producteur acéricole pendant plus de 50 ans, M. Trépanier a donné au-delà de 4 000 heures de formation sur la qualité du sirop dans tout le Québec. Il a été juge à de nombreuses reprises lors de la compétition annuelle des Sucriers et a lui-même remporté 4 fois le titre de Maître sucrier. Il a toujours défendu le rôle de la Fédération en matière d’inspection et d’assurance qualité des produits d’érable.

Innovateur, M. Trépanier a exploré la production de sirop d’érable d’automne, toujours en respectant la santé de son érablière et la production printanière qui suivait. Il a également fait sa marque en aménagement forestier. Il a même obtenu le Mérite forestier de la Mauricie–Bois-Francs pour la qualité de ses aménagements et leurs impacts sur la productivité de son érablière.

Trépanier est aussi un grand collectionneur de scies mécaniques; il en possède plus de 400. Il a  toujours été un enthousiaste défenseur du sirop d’érable de qualité au Québec et de l’aménagement forestier intelligent.

Monsieur Léonard Lampron, décédé en juin 2013, a été président du Syndicat de la Mauricie et administrateur de la Fédération de 1981 à 1998. Fondateur du Syndicat des producteurs de sucre et sirop d’érable de la région de la Mauricie, le premier défi syndical de Léonard Lampron a été de défendre les intérêts des producteurs de cette région dans les années 1980. Il a également travaillé au montage du premier plan conjoint, qui a été rejeté en 1984, mais qui a pavé la voie pour la mise en place de notre plan conjoint actuel.

Pour solidifier le syndicalisme agricole, Monsieur Lampron et son équipe ont été les premiers à instaurer la cotisation volontaire. Il a travaillé, entre autres, à la mise en place d’une banque de sirop, administrée par les producteurs participants. Cette banque de sirop était une première version de la réserve stratégique qui fait le succès de l’industrie aujourd’hui. Monsieur Lampron s’est aussi impliqué au niveau de la vente de sirop d’érable au détail, afin d’établir chaque année une liste de prix suggérés.

Après plusieurs années difficiles pour les producteurs acéricoles, il a participé de nouveau à mobiliser les producteurs de la Mauricie pour la mise en place d’un plan conjoint régional. Il a donc contribué de façon importante au succès de 1989, lorsque 84 % des producteurs acéricoles québécois ont voté en faveur de la mise en place du plan conjoint de la Fédération.

Par la suite, Léonard Lampron a participé à la mise en place du Regroupement pour la commercialisation des produits de l’érable inc., première agence de vente de la Fédération. Il avait un sens exceptionnel du marketing et des communications, de la dégustation du « Sirop nouveau » à chaque printemps au développement d’un logo pour les « produits de l’érable de la Mauricie ».

 

Léo Blais a été de tous les grands chantiers de la Fédération des producteurs acéricoles depuis les années 70. Producteur de l’Estrie , M. Blais a consacré énormément de temps et d’énergie à défendre les producteurs dans toute une variété de dossiers : prêts publics pour l’acquisition des fermes, fondation de la coopérative de l’Estrie, financement fédéral des productions horticole et acéricole, défense des producteurs fournisseurs de Steinberg, dossier du formaldéhyde, gestion des érablières sur les lots publics et, bien sûr, mise en place du plan conjoint.

Léo Blais a été instigateur de la première banque de sirop en 1988. Le 7 septembre 1989, il déposait, en compagnie de 9 autres signataires dont Monsieur Gilles Gauvreau, la demande du plan conjoint des producteurs acéricoles auprès de la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec.

Homme rassembleur et passionné, reconnu pour son franc-parler, Jean-Claude Ouellet a œuvré une grande partie de sa vie au Syndicat des producteurs acéricoles du Bas-Saint-Laurent et s’est distingué par sa détermination et ses profondes convictions syndicales.

M. Ouellet a entre autres contribué à optimiser la mise en marché collective du sirop d’érable et à maintenir la qualité. Son implication remarquable et son dévouement ont laissé une empreinte positive dans le monde acéricole. Il fait d’ailleurs partie des premiers artisans et grands promoteurs de l’une des belles réussites collectives acéricoles, telles que les mises en place du Plan conjoint et de l’agence de vente.

Pierre Lemieux a été l’un des acteurs principaux, sinon l’acteur principal, de la quasi-révolution qui s’est instaurée dans la mise en marché du sirop à partir de 1998. Il était de la première convention de mise en marché en 1998, de la création de la réserve stratégique en 2000, de la mise en place de l’Agence de vente en 2002, de la création d’une marge de crédit de 100 millions $ pour le paiement des producteurs en 2002 et de la mise en place du système de contingentement en 2003!

Au travers de tous ces faits saillants, il a également su implanter l’idée de la nécessité de développer la recherche et la promotion pour assurer le développement et l’avenir de notre production. Il avait une grande vision de l’avenir pour la production acéricole, doublée d’une persévérance à toute épreuve.

Monsieur Lemieux est devenu président de son syndicat acéricole régional en 1989, puis président de la Fédération en 1992, poste qu’il a occupé jusqu’en 2007.

Monsieur Gilles Gauvreau a cumulé plusieurs années d’engagement au sein de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, dont il a d’ailleurs été président de 1975 à 1988.

Monsieur Gauvreau a amorcé ses activités syndicales en novembre 1962 en devenant président du Syndicat des producteurs de sucre et sirop d’érable de la région de Nicolet. Simultanément, il s’est engagé dans son syndicat de Princeville de 1963 à 1979. Tout au long de sa carrière, il a siégé à de nombreux comités à la Fédération de l’UPA du Centre-du-Québec, et ce, jusqu’en 2001.

Monsieur Gilles Gauvreau s’est distingué par une constance à toute épreuve, indépendamment des gains ou des revers rencontrés tout au long de ces années. Ce fut un syndicaliste convaincu qui croyait que toute aspiration valait la peine de s’y consacrer pleinement et avec passion.

Le prix Hommage Gilles-Gauvreau a été présenté pour la première fois lors de l’assemblée générale annuelle de la Fédération en 2012. Il fut le premier lauréat de ce prix.