La classification du sirop d’érable, gage de qualité

Le Québec est la seule juridiction productrice de sirop d’érable qui bénéficie d’une évaluation de la valeur commerciale du sirop d’érable en grands contenants par une entreprise indépendante. Cette entreprise est une filiale du Centre ACER et se nomme ACER Division Inspection (ADI).

L’objectif du processus de classement est d’établir la valeur marchande du sirop d’érable analysé selon les critères déterminés par la convention de mise en marché du sirop d’érable en vrac qui unit les acheteurs autorisés aux producteurs et productrices acéricoles.

Ainsi, ce sont quelque 300 000 barils de sirop d’érable qui sont goûtés, inspectés, vérifiés et classés annuellement au Québec. De cette façon, ils s’assurent de l’innocuité, de la salubrité et de l’authenticité du sirop d’érable mis en marché en vrac.

Processus de classification

Au printemps, une fois la saison de production acéricole bien entamé, le sirop d’érable produit et mis en barils à l’érablière est acheminé dans des laboratoires pour sa classification. Lors de l’inspection, les éléments suivants sont vérifiés par les vérificateurs de la qualité d’ACER Division Inspection Inc.:

Le moyen le plus connu pour la classification du sirop d’érable est la transmission de lumière. À l’aide du spectrophotomètre, le vérificateur contrôle le pourcentage de transmission de lumière à travers le sirop d’érable. Par la suite, il peut classer le sirop d’érable dans la catégorie adéquate.

En plus de la couleur, le sirop d’érable est aussi classé selon sa catégorie et doit répondre à des caractéristiques précises sur la qualité du produit.

La classification divise les sirops d’érable en deux catégories (Catégorie A et Catégorie de transformation) et en quatre classes de couleur.

 

Choisir un sirop d’érable est une affaire de goût

Bien au-delà de sa classification, le sirop d’érable reste un produit naturel à 100 %. Le sirop d’érable est un produit de grande qualité dont chacun peut apprécier le goût et la saveur à sa façon. La classification n’est pas liée aux plaisirs gustatifs qu’apporte le sirop d’érable, ceci étant laissé à la discrétion du consommateur et de l’utilisation qu’il fera du sirop d’érable.

À l’aide du réfractomètre, le vérificateur s’assure que le sirop d’érable a une teneur minimale en extraits secs solubles (taux de sucre) de 66 %.

Grâce à un test effectué avec un appareil nommé SpectrAcer, on garantit que le sirop d’érable destiné aux consommateurs a un goût caractéristique d’érable et qu’il est pur à 100 %. S’il y a présence d’adultération, le sirop d’érable est détruit.

Le vérificateur procède à un examen visuel afin de constater la présence ou non de matière en suspension dans le sirop d’érable.

Le vérificateur de la qualité goûte à l’échantillon de sirop d’érable prélevé du baril afin de s’assurer qu’il ne comporte aucune anomalie.

Un vérificateur goûte environ 250 échantillons de sirop d’érable par jour!

Les inspecteurs s’assurent qu’il n’y a pas de traces de plomb anormales dans le sirop d’érable. Le sirop dont la concentration de résidus de plomb est supérieure à 0,20 ppm est soumis à une analyse plus approfondie. Toutefois, si la concentration de résidus de plomb dépasse 0,25 ppm, le sirop d’érable est détruit. Le seuil de tolérance en matière de présence de plomb est deux fois plus sévère au Québec que dans le reste du Canada.

Étiquetage et entreposage

Une fois toutes ces analyses réalisées, les barils de sirop d’érable sont étiquetés selon leurs composantes respectives et leur prix est fixé. Le sirop d’érable est ensuite pasteurisé, puis placé dans un nouveau baril, le baril d’origine étant retourné à l’acériculteur. Le sirop demeure en inventaire dans la réserve stratégique jusqu’à ce qu’il soit acheté. Les conditions d’entreposage optimales pour une conservation à long terme y sont garanties.


Un produit respectant les normes de qualité et de salubrité

En plus des normes et standards de qualité que se sont donnés les producteurs acéricoles québécois, le sirop d’érable produit au Québec respecte également les normes de qualité et de salubrité des aliments ainsi que les exigences liées à l’inspection, au classement, à l’emballage et à la marque de commerce énoncée dans le Règlement sur les produits de l’érable de la Loi sur les produits agricoles au Canada.

 

Le Règlement canadien sur les produits d’érable stipule, entre autres, que :

  • tous les produits de l’érable doivent provenir exclusivement de la concentration de la sève d’érable ou du sirop d’érable, ce qui exclut tout succédané;
  • les succédanés de l’érable et les produits à saveur d’érable doivent être adéquatement étiquetés afin d’éviter toute confusion avec les produits d’érable purs.

Suivez le processus de classification comme si vous y étiez.

Prochaine section
Les certifications du sirop et de l'eau d'érable