Les origines du sirop d’érable

Le sirop d’érable : une histoire ancrée dans nos racines

Au fil des siècles, la simple sève sucrée recueillie au printemps est devenue cet or blond, tant prisé au Québec et de par le monde.

C’est aux Premières Nations que nous devons la découverte de l’eau d’érable, déjà récoltée bien avant l’arrivée des premiers Européens dans le Nouveau Monde. Selon certains historiens, les autochtones auraient découvert l’eau d’érable en coupant l’écorce d’un érable pour ne pas mourir de faim. À l’époque, le cambium des arbres, cette partie comestible entre le bois dur et l’écorce, était un aliment de survie. Ils auraient alors commencé à récolter l’eau d’érable et à l’utiliser notamment pour cuire le gibier, le maïs et les haricots.

Les érables à sucre rouges et argentés renferment un trésor, la sève d’érable, aussi appelée eau d’érable. Les températures glaciales de l’hiver québécois, suivies du redoux du printemps, permettent à cette précieuse sève de couler et d’être récoltée dans les érablières du Québec. Les produits d’érable purs à 100 %, comme le sirop, le beurre et le sucre d’érable, sont fabriqués à partir de ce seul ingrédient.

1534

Découverte de l’eau d’érable

Jacques Cartier est le premier Européen à découvrir l’érable à sucre et l’eau d’érable. Un Amérindien lui apprend que, dans sa langue, l’érable à sucre porte le nom de « couton ».

1608

Cuisiner autrement

En partageant leurs connaissances culinaires, Européens et Amérindiens créent, au fil du temps, une nouvelle façon de cuisiner. L’eau d’érable sert, quant à elle, de boisson fortifiante.

1676

Découverte du sucre d’érable

Grâce au chaudron en fer apporté de France, les Européens et les Amérindiens découvrent comment fabriquer le sucre d’érable à partir de l’eau d’érable déjà utilisée par les Amérindiens.

1700

Une femme d’affaires qui a du flair

Le roi Louis XIV raffole des dragées, de petites confiseries de sucre. Agathe de Repentigny, une femme d’affaires de Montréal, lui en envoie au sucre d’érable. En 1701, elle exporte 30 000 livres de sucre d’érable vers la France.

1749

La banique

Les Amérindiens et les coureurs des bois mangent de la banique, une galette faite de farine de maïs, de graisse d’ours et de sucre d’érable, pour leur donner de l’énergie lors de leurs longs déplacements.

1850

Nouvelle technique d’entaillage

Les techniques d’entaillage s’affinent. On abandonne le trait de hache pour le chalumeau de bois.

Les premières cabanes à sucre apparaissent.

1868

Premières parties de sucre

Les premières cabanes à sucre faites de planches sont construites au milieu du 19e siècle. Dès 1868 s’organisent les « parties de sucre » destinées aux citadins nostalgiques de leurs racines, un fleuron de la culture québécoise.

1876

Le métal remplace le bois

Les chaudières et les chalumeaux de métal remplacent ceux en bois.

1889

Invention de l’évaporateur

L’évaporateur, une invention américaine brevetée en 1889, est adapté à la production du sirop d’érable au Québec par les frères Small. Le chaudron de fer se voit peu à peu abandonné en faveur de cet équipement, qui augmente la quantité et la qualité de la production.

1932

Invention du beurre d’érable

On invente le beurre d’érable en faisant bouillir le sirop jusqu’à 112 °C.

1951

La canne de sirop

La conserve de sirop d’érable de 591 ml fait son apparition dans les supermarchés et entraîne un changement important : la consommation du sucre d’érable est remplacée par celle du sirop d’érable. C’est un concours de dessin qui a donné naissance à la légendaire image que l’on retrouve encore aujourd’hui sur les « cannes » de sirop d’érable.

1970

Arrivée de la tubulure

On installe de la tubulure dans les érablières.

2005

Identification des valeurs nutritives

On identifie des vitamines et des minéraux dans le sirop d’érable.

2010

Découverte du Québécol

Les chercheurs découvrent que le sirop d’érable contient une molécule, le Québécol, que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans la nature. Le Québécol fait partie de la famille des polyphénols, des molécules bénéfiques pour la santé.

2013

Commercialisation de l’eau d’érable

En 2013 commence la commercialisation d’eau d’érable du Québec, dont la qualité est garantie par la nouvelle certification NAPSI.

2016

Exportation mondiale

Les produits d’érable du Québec sont exportés dans plus de 60 pays. Le Québec assure 72 % de la production mondiale.

2020

Une importante production

Une moyenne de 120 millions de livres de sirop d’érable est produite annuellement par 11 300 acériculteurs et acéricultrices répartis dans 7 400 entreprises acéricoles.